Ministère des Affaires Sociales et des Droits de la Femme

Sceau de Republique Gabonaise
Flash Infos

JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT

Logo

DISCOURS

A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant

Prisca NLEND KOHO

Ministre des Affaires Sociales et des Droits de la Femme

  

   Mesdames, Messieurs, Chers Enfants,

 

Aujourd’hui, notre pays le Gabon célèbre la Journée internationale des droits de l'Enfant.

Le 20 novembre 1959 marque le jour de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration et de la Convention relative aux droits de l’enfant. Il s’agit, à ce jour, du traité international le plus large et le plus rapidement ratifié.

Ce serait une lapalissade de rappeler que le contexte sanitaire actuel renforce la particularité de ladite célébration. Nous formulons néanmoins le vœu que cette année s’ajoute aux trois précédentes décennies qui ont effectivement contribué à transformer la vie de nombreux enfants à travers le monde.

C’est l’occasion de lancer un appel à l’action, un appel pour aider les enfants à se mobiliser, à leur façon, pour faire valoir leurs droits. C’est l’idée sous-jacente au thème retenu cette année, le "Droit à la joie, douceur est choix d'Espoir....Être Enfant pour devenir, Être Enfant c'est guérir".

 

C’est en outre le sens profond de l’initiative du choix du Centre d'Accueil Pour Enfants en Difficultés Sociales d'Angondjè (CAPEDS) traduite pour la célébration de cette journée. Il est, en effet, important que les parents, les enseignants, les infirmières, les médecins, les dirigeants ou les militants de la société civile, les chefs religieux ou de communautés et les travailleurs sociaux se mobilisent, mieux qu’hier, pour jouer un rôle significatif dans ce combat solidaire de nos enfants.

Qu’il me soit permis instamment de m’excuser. Car, je me suis empressé de prononcer le sigle CAPEDS sans pour autant indiquer sa spécificité. Le CAPEDS est un Centre d’accueil unique dans son genre et sa vocation rappelle notre responsabilité à contribuer à l’épanouissement de nos enfants, que dis-je, des enfants des autres. Cet indispensable outil est intégré dans la qualité de la prise en charge sociale inclusive ; volet qualitatif de la politique de protection sociale insufflée par les hautes autorités de notre pays, en tête desquelles Son Excellence Monsieur le Président de la République Chef de l'Etat Ali BONGO ONDIMBA. Il est par conséquent la manifestation et la justification de la politique du Gouvernement sur le respect et soutien des Droits de l'Enfant. Et ce, conformément à l'article 31 de la Convention relative aux Droits de l'Enfant qui, spécifiquement, défend et protège le droit : aux loisirs, aux jeux, à la culture et aux activités artistiques.  

 

Pour notre Ministère et pour le travailleur social précisément, les enfants sont un maillon essentiel dans le développement d'un État en particulier et celui du monde en général. Alors, il est plus qu'indispensable de leur accorder notre attention et notre affection, afin de leur permettre de contribuer à leur épanouissement.

 

Mesdames et messieurs,

 

Quel que soit leur environnement, les enfants méritent une attention constante, d’être aimés par ceux qui les éduquent, les soignent, ou qui les prennent en charge. Vocation incarnée par le CAPEDS car, la sécurité et le soutien que les enfants reçoivent, en ce lieu, leur permettent d’acquérir l’assurance et l’adaptabilité nécessaires pour faire face efficacement aux nombreux aléas de la vie. Le CAPEDS joue les rôles multiples, parfois dans un temps relativement court, mais toujours avec les aptitudes professionnelles, exigées aux travailleurs sociaux affectés dans ce centre spécialisé, à savoir : compassion, vocation et abnégation.

Quelles que soient les raisons de leur présence, notre devoir est de leur montrer notre solidarité, notre soutien et, en même temps, que doit s’exprimer notre détermination, notre responsabilité à améliorer la situation de ces enfants, tout en facilitant leur insertion dans la société.

 

Je voudrais, en cette journée mémorable, saluer, d’une part, l’engagement des partenaires, en particulier, l’Ong Atelier d'Illustration Plurimédia et Ludéo International pour le choix de ces activités qui ont permis de mobiliser les enfants. Avec le mérite, bien entendu, de mettre en exergue les habiletés de ces enfants, partie intégrante du développement global et permettant de renforcer le vivre-ensemble et de s’adapter à plusieurs situations de vie. A travers les activités de loisir retenues, les enfants auront appris à communiquer, à gérer leurs émotions, à s’affirmer, à résoudre les conflits, à collaborer et à coopérer.

Permettez-moi aussi de saluer l’engagement, au quotidien, du personnel d’encadrement de ce Centre. Mes concitoyens travailleurs sociaux, je voudrais vous encourager à poursuivre votre sacerdoce, en offrant à ces enfants la protection spéciale dont ils ont besoin, aussi en leur offrant une identité et une perspective certaine de vie en famille. Enfin, en leur offrant une instruction, tout en veillant à leur droit à la liberté d’opinion et d’expression.

Mesdames et Messieurs,

 

L’autre justification du choix porté sur le CAPEDS pour abriter cet évènement concerne le respect des Droits de l'Enfant.

C’est en effet un lieu propice et dédié à la protection des enfants.  Protection contre l’exploitation économique, Protection contre le travail quotidien, afin de permettre à ces enfants d’accéder à l’enseignement primaire obligatoire et gratuit, préconisé par notre loi fondamentale.

L’extension de la mission et la fréquence des sollicitations nous commande, par conséquent d’envisager accroitre la capacité d’accueil de ce centre d’accueil pour une meilleure offre de prise en charge des enfants en situation sociale difficile.

 

A ce stade de mon propos, je voudrais vous assurer que notre vision de la prise en charge de l’enfant est beaucoup plus large. Je vous annonce, d’ores et déjà, l’ouverture prochaine de deux autres centres d’accueil NDOSSI et AKOMGHA pour enfants autistes et trisomiques.

La mission de tous ces centres est d’améliorer, par l’éducation spécialisée, la prise en charge immédiate de ces enfants, en leur assurant, le temps de retrouver leurs familles respectives, une protection adéquate.

Il nous faut, dans un élan avant-gardiste, renforcer notre coopération sous régionale. Car, les conflits et les catastrophes conduisent bien souvent les enfants à se retrouver seuls, hors du territoire national. Ce qui, tout naturellement, accroît leur vulnérabilité et les expose aux risques de la traite transfrontalière.

Je voudrais simplement, avant de clore mon propos, vous exprimer tout mon contentement de voir inscrites les activités de cette journée dans le calendrier des manifestations du Ministère des Affaires sociales : le jour anniversaire des Droits de l’Enfant.

Pour terminer, je réaffirme notre ambition, qu’au-delà du thème de cette 31ème édition de la journée de l’enfance, Droit à la joie, douceur est choix d'Espoir....Être Enfant pour devenir, nous demeurons engagés pour que les enfants d’aujourd’hui, d’où qu’ils viennent, où qu’ils vivent, éclairent l’avenir de notre pays.

Je vous remercie.

Télécharger ici.

 

Publié le : 27 / 11 / 2020