Ministère des Affaires Sociales et des Droits de la Femme

Sceau de Republique Gabonaise
Flash Infos

Discours de Prisca NLEND KOHO

Logo

 

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DES DROITS DE LA FEMME.

CABINET DU MINISTRE

Discours

De Prisca NLEND KOHO

 

 

A l’occasion de

 L’ATELIER DE VALIDATION DU RAPPORT NATIONAL BEIJING 25



 

 Madame le Ministre Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères,

Monsieur le Coordonnateur du Système des Nations Unies au Gabon,

Monsieur le Représentant Résident du Fonds des Nations Unis pour la Population,

Madame la Représentante d’ONUFEMMES en République Démocratique du Congo,

Mesdames et Messieurs les représentants des administrations publiques et privées,

Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile,

Distingués invités, mesdames et messieurs, 

 

Nous sommes réunis ce jour pour une ambition de justice évidente que nous partageons, faire évoluer les causes des femmes. Et je crois que c’est aussi une exigence prioritaire et transversale de l’action publique de mon pays de nos états africains, et de l’ensemble du Systèmes des Nations unies.

Les plus hautes autorités gabonaises me font, une fois de plus, l’insigne honneur de rappeler, à mes sœurs gabonaises, d’Afrique, voire du Continent, un anniversaire porteur d’espoir aux femmes, le 25ème   anniversaire de l’adoption par les Nations Unies, de la déclaration et du programme d’action de Beijing, et les 5 ans du programme de développement durable à l’horizon 2030 ainsi que ses objectifs de développement durable.

Je voudrai saluer une des expériences les plus édifiantes cette la cause des femmes, et lui souhaiter la bienvenue à Madame Awa NDIAYE SECK, représentante résidente des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme ONUFEMMES en République Démocratique du Congo.

 

Mesdames et Messieurs,

 

La Déclaration et le Programme d’action de Beijing objet de notre rencontre à travers l’atelier de validation du Rapport National qui vous regroupe soulignent l’engagement du Gabon à s’inscrire dans une démarche cohérente à promouvoir les droits des femmes et à faire avancer l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

C’est sous l’impulsion du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, appuyée par l’implication de son épouse, Madame la Première Dame, Sylvia BONGO ONDIMBA que l’engagement du Gabon connait une accélération en matière d’égalité des sexes et des droits des femmes.

C’est cet engagement, que le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Julien NKOGHE BEKALE a traduit par la création du Ministère de la Promotion et de l’Intégration de la Femme au Développement en charge des Violences faites aux Femmes, chargé du suivi du de Développement Humain.

A ce titre et au regard bien entendu des missions de ce Ministère dont j’ai la lourde et délicate charge, j’ai l’exigeante responsabilité de coordonner le processus de rédaction dudit Rapport au niveau National.

Il s’appuie sur des instruments juridiques et institutionnels qui prédisposent au maintien et à la consolidation, entre autres du principe de parité entre les hommes et les femmes. L’esprit bien salué de la Loi n°1/2018 DU 12 Janvier 2018 qui favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux ainsi qu’aux responsabilités politiques et professionnelles illustrent, sans être exhaustif, le niveau indéniable de l’engagement des autorités. Il en est de même des autres dispositions et surtout des avancées fortement appréciées dans le cadre de la relecture contextualisée des codes civile, pénal et de l’adoption et la promulgation l’année dernière du code de l’enfant

 

Dans ce challenge global, l’élimination des violences basées sur le genre a pris une place de choix aussi bien pour le Président de la République, la Première Dame et le Gouvernement. Les stratégies et les moyens d’action sont bien connus au niveau du Gabon. Même si, sans pour autant annihiler les résultats précédents, un nombre aussi important d’actions reste à mener. En la matière, vous vous en douter bien, les attentes sont grandes et les approches de résolution exigent tactes et continuité. Ce qui, dans une Société assez conservatrice mais inéluctablement ouverte au monde, constitue un défi perpétuel.

La politique du gouvernement en matière de protection sociale est non seulement intégrée, mais s’adapte, sans heurts, aux contraintes économiques et environnementales du moment. De la stratégie humaine d’investissement, à l’encadrement des violences basées sur le Genre, aux quotas d’accès des femmes et des jeunes aux emplois supérieurs de l’Etat, notre Pays, le Gabon devrait être fier de l’arsenal et de la qualité des actes juridiques et des politiques publiques pris en faveur d’une société respectueuse de ses engagements et résolument tournée vers la non-discrimination.

 

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

 

Le projet de Rapport soumis à votre validation nous fournira certainement beaucoup d’enseignements sur la performance du Gabon dans le domaine du genre.

Ces informations sont très importantes au moment où le pays va bientôt s’engager dans l’évaluation à mi-parcours de la Décennie de la Femme gabonaise.

Il s’agit donc pour vous en tant qu’experts, d’évaluer sans complaisance les performances du Gabon, dans les douze (12) domaines critiques visés par le questionnaire qui vous est présenté, les politiques mises en œuvre et les défis qui demeurent en vue de l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme.

 Ainsi, les conclusions de vos travaux permettront à notre pays de produire à l’instar des autres Etats membres, un Rapport national Beijing +25 et de pouvoir le présenter au mois de mars prochain à la tribune des Nations Unies à New York au cours de la 64ème session de la Commission de la Condition de la Femme.

Distingue invités, Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie, d’avoir bien voulu répondre à l’invitation du Ministère de la Promotion et de l’Intégration de la Femme, Chargé des Violences Faites aux Femmes, du suivi de l’Investissement Humain, Chargé des Solidarités Nationales.

Je voudrais ensuite remercier Madame Awa NDIAYE SECK pour l’invitation qu’elle a faite au Gabon d’intégrer la plateforme du Réseau des Femmes Leaders d’Afrique et de croire au potentiel de leader incarner par le Gabon dans cette matière et lui

Je ne saurai clore mon propos sans adresser mes chaleureux remerciements au système des Nations Unies pour l’important soutien qu’il a apporté à la réussite de cette activité.

Je remercie également toute l’équipe qui a travaillé depuis la collecte des données sur le terrain jusqu’à la réalisation de cet atelier de validation.

Je souhaite plein succès à vos travaux et je déclare ouvert l’atelier de validation du rapport national Beijing +25.

 

Je vous remercie. Télécharger ici.

Publié le : 07 / 12 / 2020